Mes projets, mon aventure

PRÉSENTATION DE MON PARCOURS

Titulaire d'un BTS viticulture-oenologie que j'ai passé en 2011, j'ai commencé à travailler dans cette branche pendant  deux ans, mais étant  quelqu'un proche de la nature, il y avait quelque chose chez moi qui faisait que je n'étais pas passionnée par mon métier, en effet la monoculture même si c'était pour réaliser ce noble produit qui est le vin, ne me correspondait pas.
J'ai donc préféré arrêter, pour me laisser du temps et savoir ce que je voulais faire.
J'ai rencontré le mot permaculture en 2013 et je me suis énormément documenter à ce sujet pour m'instruire et comprendre les fondements, plus je creusais, plus mon intérêt grandissait et je compris qu'en réalité la permaculture c'était bien plus complexe que cultiver sur une butte en compagnonnage. A la suite de cela j'avais pour ambition de me rendre en Australie afin de commencer à me former à cette science, cet art,  qui était pour moi l'une des clefs qui servirait à "sauver" notre belle planète de l'agriculture intensive. J'ai donc voulu aller m'initier là où le mot "permaculture" lui même a été inventé par les ses pères fondateurs Bill Mollison et David Holmgren

IMG_5065_edited.jpg
 
Le jardin

Mes premiers pas en Australie...

"C'EST LE TEMPS QUE TU AS PERDU POUR TA ROSE QUI FAIT TA ROSE SI IMPORTANTE" (ANNÉE 2016)

En Australie j'ai donc commencé mes premiers pas en tant que permacultrice dans une petite ferme au Sud de Perth à Margaret River, chez un particulier du nom de Malcolm. Là-bas je me suis familiarisée aux principes de la permaculture. En effet, il prenait le temps de m'expliquer les bases, et certaines techniques qu'il utilisait lui même dans son jardin.
A ce moment là je compris que l'observation du milieu environnant, l'adaptation ainsi que la remise en question des procédés appliqués étaient vraiment très important.
Ensuite je me suis déplacée au nord d'Adélaïde dans un domaine viticole du nom de Rockford Winery qui avait aussi un restaurant où ils utilisaient tous les produits de la ferme qui elle même respecte les principes de la permaculture. Ici j'ai renforcé les bases en pratiquant réellement avec des gens passionés et passionants.

 

Ma Formation, l'école de la vie

Après l'Australie et mes premiers pas en tant que permacultrice, j'ai d'abord réalisé une initiation à la permaculture sur deux jours en 2017 à Montpellier au sein de l'association
Humus Sapiens, puis en octobre 2018 j'ai participé à un CCP au sein de
"La Messicole" en Ardèche chez Steve Read qui a duré dix jours où nous avons étudié un large programme : nous avons eu de nombreux cours autour de sujets différents. 


A l'issue de cette formation j'ai demandé à Marlène Vissac qui intervenait dans le cadre de ce CCP, elle même accréditée en tant que conceptrice en permaculture, de bien vouloir me guider tout au long de mon parcours.A la suite de cela j'ai ensuite participé à un chantier participatif à Aukera dans le pays basque français où nous avons réalisé une conception pour une future l'installation d'un rucher école, j'ai aussi aidé une amie installée dans le pays basque espagnole qui est maraichère et qui respecte les principes de la permaculture, puis enfin je suis intervenue dans une initiation à la permaculture à Montpellier avec Louis Helloin. 
Tout cela s'est déroulé fin de l'année 2018 et à ce moment là j'ai décidé de me donner le temps pour me lancer pleinement dans la permaculture.


IMG_1237_edited.jpg
 
 

Retour sur mon expérience à La Messicole

 
 

Retour sur mon expérience à Aukera

EN LIEN VOUS AUREZ ACCÈS AU SYNTHÈSE DES COURS DONNÉS PAR MARLÈNE VISSAC DURANT LE CHANTIER.

 
IMG_E2776.JPG

Le grand voyage vers le
Costa Rica 
commence...


Janvier 2019 je décide donc de partir en Amérique centrale au Costa Rica afin de faire du volontariat dans différentes fermes en permaculture, je me suis rendue dans une première ferme près de Cartago puis je suis allée dans une autre région au pied du volcan Arenal. Après deux mois passé en tant que volontaire dans cette ferme du nom de Essence Arenal on m'a proposé de rester en tant que manager de la ferme. Je m'occupais de recruter les volontaires et de leur transmettre les connaissances que j'avais acquises, du maraîchage de la ferme, de l'entretien général, de la création et conception de la nouvelle forêt comestible ainsi que de son implantation, de créer le design de la serre aux plantes médicinales, leurs implantations également ainsi que leurs transformations puis de guider et initier à la permaculture les touristes désireux d'en savoir un peu plus lors d'un tour dans la ferme à l'issu desquels on transformer l'un des aliment les plus sacré de ces terre: le chocolat


Je vous laisse découvrir mon parcours ci-dessous en image car parfois quelques photos valent mieux que de longs discours.
Je reviendrais pus en détails sur les techniques et travaux effectués. 

 
 

Mon expérience à la finca de Don Pepe

Vamos !
 
 

Mon travail à la ferme d'Essence Arenal

 

PROJET D'UN DOCUMENTAIRE SUR LA PERMACULTURE À LA FINCA ESSENCE ARENAL

Lors de mon séjour au Costa Rica une jeune femme française, Eloïse passionnée par la nature et sa sauvegarde m'a contacté pour être volontaire à la ferme ainsi que  réaliser un documentaire sur la permaculture. Elle avait pris plaisir à réaliser des documentaires sur divers sujets en rapport avec l'écologie, alors c'est tout naturellement que ce projet m'a séduit, toujours dans l'envie d'essaimer au maximum et sensibiliser un large public, j'ai accepté qu'elle vienne afin qu'on puisse travailler ensemble. Ce fut un mois très intense, même éprouvant parfois mais en même temps passionnant et rempli de joie. Les journées étaient interminables mais on a pris énormément de plaisir. 
Au bout d'un mois, Eloïse devait partir pour aller interviewer le président de l'agriculture biologique du Costa Rica qui se trouvait vers la capitale San Jose. Nous avions terminé toutes les prises de vues, les interviews des personnes travaillant à la ferme, il ne manquait plus que cette interview et la grosse partie de travail pour Eloïse qui était le montage du documentaire en lui même. 
Mais voilà, sur le chemin de la capitale, Eloïse s'est faite voler tout son matériel, caméra, appareils photos, ordinateurs, disques durs...Ainsi que tout notre travail depuis un mois. 
Nous n'avons pas pris le soin de sauvegarder sur d'autres disques durs… Quelle erreur nous avons faite! Je peux vous dire qu'on a appris de celle-ci!
Il ne nous restait plus que ce teaser qui était sensé présenter le documentaire. 
Douloureux et joyeux souvenir en même temps. Je vous laisse le découvrir. 

 
IMG_8304_edited.jpg

Projet de documentaire à l'Ecolieu Lespiet

OÙ SE DÉROULAIT UN COURS DE CONCEPTION EN PERMACULTURE (JUIN 2020)

L'aventure au Costa Rica s'est achevée juin 2020 avec l'épidémie de Covid. J'ai donc voulu rebondir pour aller de l'avant et j'ai préparé pendant deux mois ma venue en France.
Avec Eloïse qui m'avait quitté quelques mois plus tôt, nous avons décidé de recommencer l'aventure en France mais toutefois un peu différente avec le but de faire le tour de certains écolieux en France et de parler de mode de vie alternatifs, permaculture, low-techs... 
Mon travail sur ce projet était de répertorier les écolieux, de faire le lien avec eux, d'organiser notre programme, la logistique, et de faire le lien avec l'équipe car oui nous n'étions plus deux mais trois à présent. Un troisième aventurier nous a rejoint pour nous aider. Dom un professionnel de l'audiovisuel a répondu à mon appel sur les réseau sociaux afin de rejoindre notre duo. 

Nous sommes partis à l'écolieu Lespiet en Gironde durant le CCP de Marlène Vissac qui est ma tutrice pour le diplôme en permaculture appliquée. 
Nous avions toutes les bonnes conditions pour réaliser un documentaire de qualité; un écolieu avec des habitants convaincus et animés par leur choix de vie. Une association, Uzeste d'audace gérée par une super coordinatrice, Charlotte. Une formation en permaculture dans une ferme qui est menée en agriculture biologique (La ferme des filles à Captieux) puis le CCP animée par Marlène Vissac du bureau d'étude Phacélia. L'occasion était trop belle, il fallait la graver en faisant plein de copies cette fois-ci ! 

 
 
IMG_9321.JPG

Intervention dans un CCP à la ferme de Moustach Farm

À TENDE, COMME ASSISTANTE DE MARLÈNE VISSAC
(AOÛT 2020)

Fin Août j'assistais Marlène Vissac sur un CCP dans les Alpes Maritimes. 
Mon rôle était de faire du relais sur la coordination de groupe, sur les ateliers pratiques, de proposer mon soutien aux groupes pendant les temps de conceptions.
C'était la première fois que j'assistais à une formation dans cette position, cela m'a permis d'observer avec les yeux d'une future formatrice je l'espère. J'ai pu constater de la densité de connaissances, d'énergie, et de bienveillance qu'il est nécessaire d'acquérir pour créer une formation de qualité ainsi qu'aux besoins auxquels il faut répondre pour les participants. 
Une expérience riche en tout point que je serais prête à recommencer avec plaisir pour m'exercer encore et encore dans le but de transmettre et sensibiliser. 

 
 

Formation Itinérante: "Savoir lire le vivant, ou comment transformer le désert en forêt nourricière" avec Hervé Coves & Pierre-Yves Petit (Octobre 2020)


Au programme

"Où, du mont Aigoual au lac du Salagou en passant par le cirque de Navacelles, nous avons exploré sur ces trois jours des paysages méditerranéens autrefois désertifiés par l’activité humaine (charbonnage, surpâturage…) et nous avons vu comment  avec l’aide des hommes et des femmes ils ont été reverdis parfois de manière spectaculaire.
Où nous verrons comment des paysages incultes sont redevenus fertiles
Nous avons également vu comment le retrait des activités humaines permet à la nature elle-même de reconquérir son territoire ainsi que comment la roche et le CO2 deviennent terre grâce à la lumière. Et oui la vie est belle!"

Le Mont Aigoual : un lieu autrefois désert qui a été reboisé à la fin du XIXe siècle, sous l’influence du forestier Georges Fabre. Le reboisement a été fait avec de nombreuses espèces exotiques : un contexte de choix pour étudier le comportement des espèces dans différentes conditions écologiques, d’où la présence de l’arboretum de l’Hort de Dieu.. Au carrefour des influences méditerranéenne, montagnarde et océanique, nous observerons les essences forestières présentes et nous nous sommes questionnés sur leur acclimatation.


Objectif :
Définir des processus qui permettent de reconquérir le désert : synthétiser ce que nous allons explorer, imaginer avec l’observation des éléments les différentes phases du processus, comment le traduire agronomiquement et techniquement pour le mettre en place chez soi.

Rdv  à l’observatoire météorologique du Mont Aigoual
Lecture de paysage (si il est dégagé).
Descente explorative à pied à l’Hort de dieu (½ heure de marche, possibilité d’y approcher en voiture si mobilité réduite).​

Exploration avec instructions pratiques
Temps d’observation, de réflexion et de restitutions collectives
Comprendre le rôle des mycorhizes dans la conquête du désert.

​Comprendre les processus d’aggradation d’un milieu dégradé, savoir observer différents milieux (milieu sec du plateau / replantation de cèdres dans la pente / ripisylve) et comprendre que tous ces milieux peuvent satisfaire les besoins humains de base sans nécessité de plantation.

Rdv entre Blandas et Navacelles sur le parking du point de vue du Cirque de Navacelles.
Lecture de paysage et observations sur le causse.
Les zones karstiques et la sécheresse : comprendre les stratégies d’évolution de l’écosystème présent.
Restitutions collectives​
Visite de la forêt de cèdres où comment la nature prend le relai de l’humain 
Visite de la fontaine de la foux (résurgence de la vis) : observation du milieu ripisylve d’un causse calcaire
Comprendre comment la pierre devient terre, ou l’évolution des tanins de la feuille à l’humus